Contrat ou pas contrat ?

Quand on entre dans une relation amoureuse libertine, il est généralement admis qu’il faut instaurer des règles entre soi, une sorte de contrat avec des clauses à respecter.

On le voit sur les sites libertins, sur les fiches des couples, qui disent qu’ils n’embrassent pas hors couple, qu’ils ne pénètrent pas ou que la sodomie est réservée au partenaire.

Soit … après tout, chacun se rassure comme il le peut … mais je trouve ça dommage.

Je me suis posé la question. Je ne suis jamais tombée amoureuse d »un libertin, et ma relation à l’amour tout court était complexe, pleine de doutes et de questionnements, d’image de moi même et de sentiment de ne pas mériter le bonheur.
Alors entrer dans une relation amoureuse libertine, c’était d »un coup me retrouver devant tout un tas de questions que je ne me posais pas, en plus du reste.

Au final, ce « contrat moral » passé entre les partenaires n’est qu’une façon comme une autre de se rassurer, et surtout de « contrôler » : d’accord tu peux libertiner, mais alors tu ne peux pas faire « ça » avec quelqu’un d’autre que moi, sinon tu me trompes.

Malgré la liberté apportée par le libertinage, je trouve triste de voir que le schéma restrictif du couple y est transposé de façon aussi flagrante.

Je me suis donc posé ces questions : y avait il des pratiques, des gestes, des choses, que je devais demander à ce qu’ils me soient réservés comme preuve de l’attachement envers moi ?

En passant rapidement en revue ce que je pouvais demander (en dehors du port systématique de préservatifs avec d’autres personnes, pour des raisons évidentes de sécurité – et ce point peut être revu en fonction des personnes et de la confiance qu’on leur accorde), je me suis vite rendu compte que c’était ridicule …

D’une, de quel droit pouvais je me permettre de demander cela, sachant que ce serait couper les envies et apporter une contrainte aux relations possibles ? Le libertinage est fait de beaucoup de pulsions, d’envies immédiates, hors imposer de telles règles va à l’encontre de ce que j’estime la liberté de l’autre. Je n’aimerais pas que l’on me dise de ne pas embrasser les autres par exemple, ce serait totalement rédhibitoire et castrateur.

D’autre part, cela ne change absolument rien au sentiment de sécurité ou insécurité. Soit on a confiance en l’autre, et dans ce cas ces règles n’ont pas lieu d’être … soit on ne fait pas totalement confiance, on a besoin d’avoir un minimum de contrôle, et alors on ne parle plus de libertinage mais de relation de couple classique et moralisateur.

Parce que dans ce mot il y a Liberté. La liberté de vivre comme on l’entend, de s’accorder la possibilité de tous les plaisirs avec d’autres.

Et parce que cela n’enlève rien aux sentiments. Embrasser une autre personne ne veut pas dire qu’il/elle va tomber amoureux, va préférer l’autre à soi. Et même si c’est le cas, et bien cela voudra dire que ce n’était pas fait pour durer.

Ca demande un travail énorme sur soi, pour couper court à toute réflexion intérieure sur le sujet. En effet, les schémas sont bien ancrés dans l’inconscient …. et pas facile de les évacuer. Mais cela se fait, progressivement, en remplaçant ces idées par de la confiance. En parlant, en étant totalement franc et sincère avec son/sa partenaire. Le dialogue et l’échange sont indispensables pour évacuer les points de tension avant qu’ils ne deviennent de vrais problèmes.

Mais au final, quand on aime, on laisse l’autre libre de vivre, le seul contrat à passer est celui d’être heureux. Tout simplement. Et moi, je signe, tout de suite !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s