Le candaulisme : réel désir de couple ou plaisir sexiste ?

Le terme « candaulisme » a une place importante dans les pratiques libertines, et il commence à être repris dans les rubriques sexo des magazines féminins comme une pratique courante de couple.

Le candaulisme est le fait, pour un partenaire, de prendre du plaisir à savoir l’autre avec un/une autre partenaire, voir plusieurs, que ce soit en sa présence ou pas, qu’il soit actif ou pas.

Mais je m’interroge : et la fameuse partenaire, quel est son réel plaisir à elle ? Lui a-t-on demandé réellement ce qu’elle souhaite ?

Quand on lit l’histoire du Roi Candaule, d’où vient le nom de cette pratique, sa reine n’avais pas eu voix au chapitre : il voulait montrer quelle beauté elle était, et à son insu avait fait venir son chef de la garde pour l’admirer nue … pas très consensuel tout ça.

Et je me demande dans quelle mesure cela l’est devenu, consensuel.

Je sais que certains couples arrivent à cette conclusion ensemble, en se questionnant, en essayant, et qu’il s’agit d’une véritable démarche de couple, mais j’ai cru comprendre que celle-ci était rare.

Comme l’échangisme, qui est dans la grande majorité une démarche masculine, le candaulisme part souvent d’un désir masculin, et on ne parle que de celui-ci : le candaulisme, c’est aimer voir sa partenaire prendre du plaisir avec d’autres.

Oui mais, pour qu’il y ait candaulisme, il faut aussi que la fameuse partenaire prenne du plaisir à se laisser regarder par son « officiel » alors qu’elle est avec d’autres hommes.

Cette combinaison est elle si courante ? Y a-t-il autant de femmes exhib que d’hommes candaulistes ?

La question peut se poser aussi pour les femmes candaulistes (qui seraient plus rares paraît il) mais j’ai l’intuition que la corolaire exhib est beaucoup plus facile à obtenir de la part des hommes. Corrigez moi si je me trompe …

Beaucoup de pratiques impliquant le couple semblent, de mon point de vu féminin, très souvent considérées uniquement du point de vue de l’homme. L’échangisme, le triolisme, le candaulisme …

Je m’interroge donc …

Quel est vous votre sentiment à ce sujet ? N’hésitez pas à argumenter, à discuter mon point de vue, prouvez moi que je me trompe … ce serait la meilleure chose à entendre …

 

7 commentaires sur « Le candaulisme : réel désir de couple ou plaisir sexiste ? »

  1. Voilà un sujet intéressant ! En fait, je pense que le candaulisme, comme toutes les pratiques libertines, souffre malheureusement d’une image souillée par le modèle donné par l’Église (quelle qu’elle soit, chez nous, évidemment, c’est le christianisme, mais ça vaut pour toutes les religions qui sont basées sur les mêmes fondements) et les « principes » inculqués aujourd’hui à tout un chacun par des parents qui répètent ce que disaient leurs parents, etc.
    Dans les faits, cela s’avère plus complexe qu’il n’y paraît. Les pratiques libertines ne sont pas le fait que des hommes, mais la femme souffre tellement de l’image d’objet dont elle est affublée qu’elle se refuse plus facilement à user de ces pratiques qui pourtant, quand elles sont suivies dans le respect de l’autre et du couple, apportent un plus à la vie du couple. Et les femmes, malheureusement, toujours à cause de ce côté objet se font assaillir par des hommes sans scrupules et sans cerveau. Elles doivent donc faire preuve de clairvoyance et de fermeté pour les envoyer paître, mais restent victimes d’être des femmes. Et ce n’est pas dû au libertinage, mais à la société qui nous renvoie toujours cet aspect de le femme objet à la figure au travers d’images toujours plus dégradantes, mais toujours plus tolérées de la femme représentée comme objet du désir.
    On met de côté les histoires de fidélité et on se place autrement. La fidélité est une notion très religieuse elle aussi. Dans les faits, qu’est-ce qu’être fidèle finalement ? Concrètement, comme chacun sait, l’amour dans un couple peut durer quelques semaines ou toute la vie. Mais la fidélité, principe complètement infondé, qu’est-ce vraiment, et quelles limites donne-t-on à celle-ci. Pour certains, juste le fait d’embrasser un(e) autre sur la bouche est déjà un acte d’infidélité, pour d’autres la limite se pose quand il y a acte sexuel avec un(e) autre.
    Chez les libertins (dont les candaulistes font partie), la fidélité prend une tout autre dimension. En effet, l’acte sexuel avec autrui n’est plus vu comme une tromperie du moment que les deux membres du couple l’autorise et qu’il n’y a pas de « sentiments » pour l’autre personne avec qui l’acte aura lieu. Et quand il s’agit de trio ou de sorties en couple avec un autre couple, la question ne se pose même plus vraiment. Mais cela demande vraiment une force des sentiments dans le couple et une bonne dose d’adaptation et de concession, car même si chacun est d’accord, on doit se limiter à ce que l’autre peut accepter, sinon il se crée un déséquilibre et peut détruire le couple.
    Bien évidemment, on trouve dans ce milieu des hommes (et des femmes aussi, même si c’est plus rare, mais ça, je l’ai expliqué au début) qui se prétendent libertins alors qu’ils ne cherchent qu’un moyen de « se vider les cou…es ». Ceux-là, on peut les reconnaître assez facilement.
    Je ne vais pas en ajouter plus, je pourrai débattre longuement sur le sujet, qui m’intéresse énormément, car humainement ça apporte tellement de pouvoir comprendre le fonctionnement de tout un chacun et pourquoi certaines choses restent taboues, proscrites, alors qu’elles permettraient de faire évoluer le monde.
    On vit trop dans un monde où l’on accepte des choses dégradantes, mais qui sont la « normalité », et que l’on se bat pour des bouts de chandelle qui finalement n’apporteront que peu à notre vie. L’humain devrait se pencher réellement sur les vrais problèmes de la vie, et pas sur des choses insignifiantes. Quant au féminisme, tel qu’il est abordé aujourd’hui, il saborde encore plus la femme finalement qu’il ne l’aide vraiment. À trop vouloir être « l’égale » de l’homme, on en devient aussi mauvaise. Plutôt que d’égalité, on devrait plutôt parler d’équité.

    P.-S. : Parler de femmes qui aiment s’exhiber pendant l’acte sexuel pour leur homme, alors qu’aujourd’hui, la femme accepte trop d’être exhibée à qui mieux-mieux dans des situations toujours plus grotesques et dégradantes pour elle et au vu de tout le monde. Je pense que l’exhib n’est pas où on la pense… ^^ 😉

    J'aime

    1. J’entends votre argumentaire mais permettez moi de vous dire que vous êtes ub tantinet hors sujet. Je m’explique. Ce n’est pas le le libertinage en lui même que je questionne dans cet article bien particulier mais la pratique du candaulisme et le fait que l’on parle toujours du candauliste mais pas du ou de la partenaire, de ses propres envies par rapport à ça.

      J'aime

      1. Le candaulisme reste une pratique libertine, donc, en toute logique, il ne peut se faire sans le consentement de l’autre. Sinon, ce n’est plus du candaulisme, mais du voyeurisme, non ?

        J'aime

      2. Dans l’absolu, dans l’idéal oui. Mais vu le nombre de femmes qui sont amenées vers le libertinage par des hommes en quête de sensations, la question peut se poser …

        J'aime

  2. L’histoire du roi Candaule ne se termine pas nécessairement bien pour lui puisqu’il finit assassiné par le «  voyeur » aux ordres de la Reine.
    Ainsi le dernier mot en matière de Candaulisme reste à celui où celle qui s’exhibe… 😊

    J'aime

Répondre à chrislo78 Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s