Do you know my friend ?

Il existe une pratique courante sur les sites de rencontres libertins, les témoignages/recommandations.

Certains trouvent ces petits messages déplacés, trop dithyrambiques ou enthousiastes, un peu comme les comédiens américains en promo pour leur film « So Amazing ! ».

D’aucuns les publient, les autres les gardent pour eux, chacun son choix en la matière, sachant qu’il existe une petite … polémique … sur leur publication : ne pas en avoir est suspicieux (soit c’est un faux profil, soit  il/elle est mauvais), en avoir trop ne rassure pas plus (collectionneur/euse). Le juste milieu semble difficile à trouver.

Qu’on les apprécie ou pas, ils s’avèrent parfois utiles pour plusieurs raisons.

La première étant l’égo … oui, lire les compliments qui nous sont faits, nous « voir » à travers le regard de l’autre, ce sont des petits feux d’artifice pour notre estime de soi.

La deuxième est le souvenir que cela laisse. Partager des moments intimes est toujours un instant un peu à part, où l’on a beau être dans le partage, l’échange, il est difficile de savoir ce que l’autre a ressenti.

Par rapport aux autres, cela donner un aperçu de la personnalité de celui qui reçoit le témoignage, mais aussi de ceux qui les laissent. Les profils, les mots, la façon de les écrire, éclaire beaucoup sur le genre de personnes rencontrées.

Quoi qu’il en soit, le choix que l’on fait de les partager ou pas reste personnel. Chacun fait comme il le veut, les garder pour eux (et ce sont de bons souvenirs à garder) ou les partager tous en partie.

Ce qui amène parfois à des comportements limites de la part des « lecteurs ».

Certains, parce qu’ils connaissent un ou deux noms, se permettent d’engager la conversation sur le mode « nous avons des amis en communs », même si ces amis ne sont qu’une vague connaissance croisée lors d’une soirée, ou d’une rencontre. Une démarche à double tranchant, car elle peut soit être bien prise, soit très mal prise. Et le plus souvent, c’est mal pris. Ce n’est pas parce que vous connaissez quelqu’un que vous pouvez vous en prévaloir. En termes de discrétion, on peut repasser, et cela fait un peu « incruste ».

D’autres, ayant lu les témoignages, contactent les personnes pour obtenir plus d’informations. Ce qui est encore plus délicat et mal perçu, ce genre de petite « enquête » manque cruellement de discrétion et est pour le moins intrusif dans l’intimité de personnes qui ne sont pas partie prenante.

Certains ne répondront jamais à ces approches ou questions. D’autres iront même jusqu’à bloquer les importuns … mais lorsque une réponse est donnée, c’est généralement pour éconduire.

Alors le mieux est encore de prendre le temps de discuter avec les gens, de faire connaissance, plutôt que de demander à des inconnus. De plus, leur ressenti sera fonction de leur personnalité, de leur rencontre et de leurs envies. Qui vous dit qu’elles vous correspondront ? Autre point, que l’on m’a soulevé et qui, je trouve, peut avoir un fond de vérité : quelques fois, vous n’aurez de toutes façons pas de réponse, car vous éveillez la jalousie en montrant votre intérêt pour une ancienne conquête … méfiez vous !!!!

 

2 commentaires sur « Do you know my friend ? »

  1. Je lis toujours les témoignages, je vais jusqu’à visiter les profils qui les ont écrit et lire ceux qu’ils ont reçu, ils en disent beaucoup plus sur la personne que le descriptif d’un profil ou d’une photo

    J'aime

Répondre à mitsouko_15 Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s