Du temps …

Du temps … de la patience … il en aura fallu pour enfin concrétiser cette rencontre … toi souvent en déplacement … moi et mes contraintes de travail ou de maman … des mois à échanger, à sentir qu’il y avait là quelque chose … un je ne sais quoi qui ne demandait qu’à être exploré.

Le premier signe que les choses avançaient a été ce verre pris ensemble. Ces heures de discussion, d’échange, de rires, en totale détente, deux esprits et personnalités qui se rencontrent et font connaissance par la voix, le regard, le toucher aussi un peu … ce baiser échangé près de mon petit bolide, comme une confirmation des promesses à venir.

 

Puis 2 mois … deux mois de chassés croisés. Entre tes dispos et les miennes qui semblaient ne jamais être compatibles. Mes contraintes, parfois un peu difficiles à expliquer …

Et puis ce message … 18h … « maman ce soir ? » … et non … pas maman ce soir … libre comme l’air, cette chaleur étouffante qui donne envie de se mettre à nu, et fait monter l’envie au creux des reins avec ces simples mots « as-tu envie qu’on se voit ? » … sens en alerte, seins qui pointent … l’idée de cette improvisation m’excite.

Et tu me proposes une mise en scène … tu m’achèves littéralement … oui … c’est oui bien sûr ! Je t’envoie mon adresse, tu me donnes l’heure de ton arrivée, et je mets en branle la machine à ranger, pour que tout soit parfait.

Deux heures à ranger, nettoyer, suer, pour que le temps passe plus vite … une douche presque froide pour calmer les rougeurs, la chaleur qui me consume presque … puis, tout mettre en place …

Enfermer le chat … poser les bougies led au sol, un chemin menant de la porte à mon lit. Mettre le vin dans un seau frais. Sortir des serviettes propres pour la salle de bain. Enfiler cette nuisette noire légère et ce tanga sexy, comme tu le souhaitais … prendre le foulard et le poser à côté de moi … enfiler ces escarpins aux talons vertigineux … puis attendre, fébrile, que tu sonnes. Tu m’envoie des messages : 4km … je te devine humide … ce à quoi je réponds qu’après vérification, en effet, je confirme … mais que je te laisserai le découvrir par toi-même …

2km … 300 m … garé … tu sonnes.

J’ouvre, et laisse la porte entre ouverte …. Je m’installe sur le lit, me couvre les yeux du foulard, et m’installe à 4 pattes sur le lit, comme tu l’as demandé …

Ton pas qui entre … tu tournes la clé dans la serrure … mon ouïe s’affine … tu entres doucement dans le salon, te diriges vers la chambre et me découvres … tes mains me frôlent la peau : le dos, les bras, les cheveux, les jambes, tu ne suis aucune ligne, me surprends de tes gestes … tu me caresses les fesses, découvre un peu ce tanga tendu … tes mains me parcourent et me découvrent … et tu me murmures à l’oreille « vous êtes belle, madame » … j’en frissonne, m’en mords les lèvres.

Tu t’installes à côté de moi, je t’entends enlever ton tshirt … je reste dans cette position, silencieuse, attentive et en attente. Tes mains se promènent partout, insistent sur ma fente, vérifient l’état d’humidité et semblent apprécier … je me cambre sous cette caresse … l’envie monte … mais je reste en position … jusqu’à ce que tu insistes, passes ta main sous la culotte, et va plus profondément dans mon sexe trempé … je me cambre, c’est si bon.

Je tente de te toucher, mais tu retiens ma main … pas encore … et tu m’enlèves ce petit bout de tissu qui me couvre la chatte, pour l’exposer à ton regard, offerte et humide … tes caresses se font plus précises, j’ondule sous ton toucher … tu finis de te déshabiller, je l’entends … je le sens …

Enfin tu m’embrasses … ta bouche que j’ai déjà goûté … ta langue curieuse … c’est bon … Je tremble, j’en veux plus …

Tout est silence, excepté le bruissement des draps et mes soupirs qui montent …

Tu me retournes sur le dos … toujours en silence … me caresse encore, investis ma chatte de tes doigts agiles, me fais monter, monter … je ne retiens pas mes gémissements qui vont crescendo jusqu’à ce que tu me fasses jaillir telle une fontaine. Bon sang que c’est bon !

Ta queue s’approche de ma bouche, je la prends, avide de te goûter, de te sentir gonfler sous ma langue, t’aspirer, t’avaler … et toi tu continues à me remplir de ta main, me faire jaillir encore et encore …

Enfin tu enlèves mon bandeau … Je te « revois » enfin, ton sourire, tes yeux brillants … tu te tiens là au-dessus de moi … je veux t’embrasser, te regarder … sentir ton corps près du mien …

L’enchainement des choses se brouille dans ma mémoire … je me souviens de toi allongé sur mes coussins pendant que je te suce, t’avale en gorge profonde, tes gémissements  … je me souviens de moi voulant que tu me prennes, j’attrape un préservatif et te le mets … pour enfin t’accueillir … la sensation est vibrante : ta queue qui vient toucher juste là, ce point qui me fait décoller en moins de deux. Tu viens sur moi, et je te sens encore plus profondément … c’est si terriblement bon que je jouis encore … la chaleur est telle que nous sommes en nage, mais peu importe, le plaisir est là qui balaie tout. Je retiens un peu mes cris, il est tard, mes voisins vont entendre … mais ne peux m’empêcher de tutoyer les aigus tellement c’est bon … j’ai envie que tu me prennes en levrette … je me retourne, et encore une fois te sentir en moi est explosif … j’ondule, je me cambre, trouve cette position qui fait que la sensation est décuplée … et tu donnes de ta personne, tu donnes tout … t’entendre jouir est juste merveilleux …

Une pause … nous sommes trempés, le lit est trempé, nos souffles sont courts … allongés, on se caresse en douceur, et on parle, on discute, échange sur tout et n’importe quoi, ma dernière soirée, mon chat, … je ne me souviens plus … juste les rires, le sérieux parfois, la quiétude simple …

Le fil de la discussion nous ramène sur des sujets chauds … l’envie reviens … on s’embrasse et de nouveau cet élan.

Je m’occupe de toi cette fois … ta queue m’appelle, ma bouche est avide. Aspirée, titillée du bout de la langue, enfoncée dans ma gorge, je te sens vibrer entre mes lèvres. Mes mains te massent les bourses, ma bouche vient les lécher, les avaler, les faire rouler entre mes lèvres et ma langue … curieuse, je laisse égarer ma langue plus bas, attentive à tes réactions, prête à faire machine arrière au moindre signe de recul … mais je ne sens que gémissements, détente … alors je te lèche l’anus, heureuse de pouvoir te donner se plaisir … ma langue tourne autour, se raidit pour entrer un peu … comme tu es réceptif ! Cette fois c’est toi qui te retrouves à 4 pattes … ma langue prends possession de cette zone si sensible avec plaisir … t’entendre gémir est juste jouissif … je suis de nouveau trempée … Enhardit, je tente un doigt curieux … qui est accepté timidement, légèrement méfiant … j’insiste un peu, tout en douceur, pour atteindre la limite …

J’ai envie de toi, encore … te sentir en moi … mais tu as une autre idée en tête … c’est ta bouche qui veut me posséder à présent et tu le fais avec brio … la vague monte, encore et encore … tu me fais jouir à nouveau, de ta bouche et tes doigts je gicle encore … mes cris enflent, les fenêtres ouvertes pour aérer font profiter le voisinage … je te veux … ta queue qui se frotte contre ma chatte et mon clito tout gonflé me rends ardente

Tu glisses ton capuchon et me prends … hummm tes coups de hanches sont terribles ! Les yeux dans les yeux, c’est encore meilleur …

Je te bascule sur le dos et te chevauches … m’empale sur ton sexe bouillant … bouge pour le sentir partout, monte descends, plus fort … dressée au-dessus de toi je te sens gonfler, palpiter entre mes jambes, et je continue, plus vite, plus fort, tes mains qui me pétrissent les fesses, tu me pousses, plus loin, plus fort, encore encore … jouir ensemble est juste magique …

Nos corps trempés de sueur, de mouille … on se colle malgré tout, pour un câlin qui fait du bien … l’apaisement après la tempête des sensations. Le repos après cette chevauchée sauvage …

Des baisers, des caresses, ces moments tactiles qui permettent de redescendre tranquillement tout en gardant le contact … un moment important pour moi, un échange qui rassure, réconforte … une tendresse qui fait du bien …

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s